Presque 40 ans après Diana Ross, une nouvelle chanteuse américaine vient se frotter au mythe Billie Holiday et se transforme instantanément en star de cinéma. Mesdames, messieurs, Andra Day !

C’est Le Magicien d’Oz qui a coulé la carrière cinéma de Diana Ross. Énorme échec en son temps, The Wiz (1978), la suite tardive et kitsch du classique de Victor Fleming, scella le bref destin hollywoodien de la chanteuse des Supremes. Il avait pourtant débuté sur les chapeaux de roues, cinq années auparavant, grâce à un film très méconnu ici, mais très aimé là-bas : Lady Sings The Blues (1973) de Sidney J.Furie. La reine Ross y incarnait Billie Holiday avec juste ce qu’il faut d’implication, d’innocence et de grâce pour en faire un évènement culturel majeur. Le biopic était sage, la performance stellaire; comme si l’âme des deux chanteuses se télescopaient à trente ans d’intervalle. 
D’un côté la poète jazzy et camée consumant sa vie par les deux bouts, de l’autre l’icône pop contemporaine, à la fois émancipée mais obsédée par son destin de pure star américaine. Le cocktail leur a tous fait tourner la tête, faut dire qu’il était du genre costaud. Nomination aux Oscars, victoire aux Golden Globes, presse extatique : l’industrie du septième art a immédiatement déroulé le tapis rouge à la diva r’n’b, pour mieux l’éjecter du circuit avant même que ne débutent les années 80. Elle se remettra sans sourciller de ce bannissement express et enregistrera l’année suivante l’un de ses plus beaux albums, Diana, ainsi que son plus gros hit solo, Upside Down. 

Nous voilà presque 40 ans après la sortie de Lady Sings The Blues et l’Histoire semble soudainement bégayer. Grand fan du film de Sidney J.Furie, Lee Daniels (Le Majordome) tente lui aussi d’adapter la vie de la scandaleuse et géniale Holiday pour Hollywood. Evidemment l’époque n’est plus tout à fait le même et tout ce qui était glissé sous le tapis autrefois pour ne pas trop choquer l’Amérique des 70’s, est aujourd’hui exposé face caméra pour mieux réveiller les consciences. 
En découle un film beaucoup moins sage, plus offensif, plus révolté, plus écorché – à l’image du travail de son réalisateur, obsédé depuis le début de sa carrière par les excès et les effets mélos. 
Mais à l’image du film de Sidney J.Furie, cet objet-là appartient beaucoup moins à son auteur qu’à son interprète principale, la stupéfiante Andra Day. Comme Diana Ross à l’époque, elle débarque tout droit de l’industrie musicale et c’est son premier grand rôle au cinéma. Comme Diana Ross, la chanteuse semble se connecter dès les tous premiers plans à l’âme (et donc à la voix) de Billie Holiday. Comme Diana Ross, elle a eu droit à sa nomination aux Oscars, sa victoire aux Golden Globes et sa presse extatique. Et comme Diana Ross, Andra Day est le genre d’attraction qui ne fait regretter à personne de s’acheter un billet de cinéma. On lui conseille donc de se tenir bien loin de tout Magicien d’Oz et on lui souhaite une merveilleuse carrière du côté d’Hollywood.

Jean-Michel Lassault

Film

Programmes, offres et bons plans UGC

Je souhaite recevoir les programmes, offres et bons plans UGC et Viva l'Opéra!

* Champ obligatoire


Votre adresse email sera utilisée pour vous transmettre les emails « Bons plans UGC » et à des fins statistiques, et ce uniquement par les services internes d'UGC CINÉ CITÉ et les sociétés en lien avec UGC CINÉ CITÉ pour la réalisation de la prestation. La communication de votre adresse email est facultative pour poursuivre votre navigation. Vous pouvez vous désinscrire, à tout moment, en cliquant sur le lien de désabonnement de votre email.

Le responsable de traitement est UGC CINÉ CITÉ – SAS au capital de 12.325.016 euros – 24 avenue Charles de Gaulle – 92200 Neuilly-sur-Seine – RCS DE NANTERRE 347.806.002. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 « Informatique et Libertés », modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, de suppression, d'opposition, de limitation, de portabilité des données vous concernant, ainsi que de la possibilité de fournir des directives quant au sort des données après le décès en adressant votre demande par courrier à UGC Ciné Cité, Service Client, 24 avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly-sur-Seine ou par mail à l'adresse suivante serviceclient@ugc.fr. Votre adresse email sera conservée pour une durée de 48h à compter de votre demande de désabonnement aux « Bons plans UGC »..

UGC Direct

L’appli qui vous emmène au cinéma !


 

Carte UGC Illimité

       

UGC illimité

C’est plus de 1 000 films par an dans plus de 850 salles UGC et partenaires.

Découvrir les offres

UGC illimité

C’est plus de 1 000 films par an dans plus de 850 salles UGC et partenaires.

Carte UGC Illimité
Découvrir les offres