Découvrez les origines de NTM, le groupe mythique de rap français, composé de JoeyStarr et Kool Shen, alias Didier Morville et Bruno Lopes, avec le biopic Suprêmes. Réalisé par Audrey Estrougo (La Taularde, Toi, moi, les autres), le film débute en 1989 dans les cités du 93 et nous raconte les origines du groupe, quand ils n'étaient alors qu'une bande de copains cherchant à travers le mouvement hip-hop (danse, graffiti, puis rap...), un moyen de s'exprimer. Le scénario a été écrit par Audrey Estrougo, accompagnée de la scénariste Marcia Romano (La Tête haute, Marguerite, L'Apparition...), et avec la collaboration de JoeyStarr et Kool Shen.

Avec ce film la réalisatrice raconte son envie de rendre hommage à la banlieue et à la culture hip-hop, et de les intégrer pleinement dans la culture française : "c’est un courant souvent dénigré et considéré comme une culture de racaille, alors qu’aujourd’hui, il s’agit de la musique la plus écoutée, mais aussi d’une manière de s’habiller et de parler très démocratisée, et que le phénomène est toujours aussi stigmatisé dans notre pays.". Tout en recontextualisant socialement et politiquement la naissance et le développement du phénomène hip-hop en France : "Le plus difficile, c’était de ne pas céder à une vision binaire de la police et des jeunes des banlieues. En réalité, policiers et jeunes sont tous victimes du pouvoir politique. [...] Rien d’étonnant, ensuite, à ce que, pour s’exprimer, ils mettent le feu aux voitures. C’était impossible de ne pas l’évoquer car dans l'histoire de NTM, c’est un événement marquant les politiques se sont arc boutés sur le nom du groupe « Nique Ta Mère » et l’ont définitivement taxé de violence.".

Théo Christine (Garçon chiffon) et Sandor Funtek (K contraire) incarnent respectivement JoeyStarr et Kool Shen. Le choix des deux acteurs est le résultat d'un long processus de casting sauvage de près de huit mois, avec une question principale : faut-il engager des danseurs, des rappeurs ou des acteurs ? La réalisatrice raconte la stratégie bien particulière qu'elle a mise au point pour trouver les deux personnes capable d'incarner ce duo iconique : "Quand j’ai réuni cinq « Didier » et cinq « Bruno » potentiels, je les ai enfermés dans un théâtre : seuls deux d’entre eux étaient comédiens. J’ai appliqué ma méthode de travail autour des impros dirigées. On a travaillé les morceaux, on a effectué des mises en situation de concert, on a fait un après-midi de danse avec la chorégraphe. À partir de là, j’ai choisi Théo Christine pour le rôle de Didier, alors que c’était celui qui dansait et rappait le moins bien, mais c’est lui qui avait la plus grande intelligence de jeu et capacité de travail. Il partait de beaucoup plus loin que les autres, mais j’étais convaincue que c’était lui car il a une extrême sensibilité, et c’est ce que je voulais montrer de Didier qui est un ultrasensible."

Théo Christine, l'interprète de JoeyStarr, retrouve la réalisatrice Audrey Estrougo, avec qui il avait déjà collaboré sur le film À la folie. Un personnage et une musique loin de l'acteur, qui a nécessité près de deux ans de préparation et de recherches intenses, entre les visionnages d'images d'archives sur Internet, les écoutes d'albums ou encore les nombreuses lectures d'interviews : "Je n’étais pas un fan de leur musique, mais la volonté de Didier et Bruno de braquer les projecteurs sur une réalité que les gens ne veulent pas voir m’a beaucoup plu, que ce soit dans leur musique ou dans leur dramaturgie. [...] Ensuite, on a eu la chance de partir avec Didier et Bruno en tournée à Bruxelles pour qu’on voie comment se déroule un concert, et ils nous ont fait monter sur scène.".

Sandor Funterk, l'interprète de Kool Shen, était bien plus proche de la culture hip-hop et du groupe NTM. Il partage sa vision de Bruno Lopes (Kool Shen) : "C'est un acharné du travail, à une époque où le hip-hop était à ses débuts : comme tout mouvement à ses balbutiements, il y avait une émulation, pas d'individualisme. Ce mec qui vient du foot à l’origine aime gagner, aime la compétition, et n’est d’ailleurs pas très loin de moi de ce point de vue : dès qu'il aime un truc, il le fait de manière obsessionnelle." 

Les principaux intéressés, Didier Morville (JoeyStarr) et Bruno Lopes (Kool Shen), plus ou moins impliqués dans le projet, ont pu partager leur enthousiasme à Audrey Estrougo en voyant le résultat final à l'écran : "Bruno a été extrêmement ému, notamment par le regard que je pose sur son travail, et il a redécouvert des morceaux qu’il ne chante plus. Didier, qui a suivi plusieurs étapes de montage, s’est investi dans la musique du film. Ce qui ne l’a pas empêché d’être très fier du résultat qui, me dit il, le rend heureux. Dans le film, les deux personnages se disent qu’ils s’aiment, et je pense qu’ils l’avaient oublié.". Pour la musique, un élément crucial du film, c'est le DJ français Anouar Hajoui alias Cut Killer, célèbre pour son émission Cutkiller Show chez Skyrock, son travail avec les rappeurs MC Solaar, Akhenaton, Busta Flex ou encore son apparition dans le film La Haine de Mathieu Kassovitz, qui a été choisi.

Suprêmes, un film labélisé UGC M, à découvrir dans vos cinémas UGC.

Film

UGC M
Programmes, offres et bons plans UGC

Je souhaite recevoir les programmes, offres et bons plans UGC et Viva l'Opéra !
Pour recevoir chaque semaine la programmation de mon cinéma favori, je renseigne celui-ci.

* Champ obligatoire


Votre adresse email sera utilisée pour vous transmettre les emails « Bons plans UGC » et à des fins statistiques, et ce uniquement par les services internes d'UGC CINÉ CITÉ et les sociétés en lien avec UGC CINÉ CITÉ pour la réalisation de la prestation. La communication de votre adresse email est facultative pour poursuivre votre navigation. Vous pouvez vous désinscrire, à tout moment, en cliquant sur le lien de désabonnement de votre email.

Le responsable de traitement est UGC CINÉ CITÉ – SAS au capital de 12.325.016 euros – 24 avenue Charles de Gaulle – 92200 Neuilly-sur-Seine – RCS DE NANTERRE 347.806.002. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 « Informatique et Libertés », modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, de suppression, d'opposition, de limitation, de portabilité des données vous concernant, ainsi que de la possibilité de fournir des directives quant au sort des données après le décès en adressant votre demande par courrier à UGC Ciné Cité, Service Client, 24 avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly-sur-Seine ou par mail à l'adresse suivante serviceclient@ugc.fr. Votre adresse email sera conservée pour une durée de 48h à compter de votre demande de désabonnement aux « Bons plans UGC »..

UGC Direct

L’appli qui vous emmène au cinéma !


 

Carte UGC Illimité

       

UGC illimité

C’est plus de 1 000 films par an dans plus de 850 salles UGC et partenaires.

Découvrir les offres

UGC illimité

C’est plus de 1 000 films par an dans plus de 850 salles UGC et partenaires.

Carte UGC Illimité
Découvrir les offres